Economie

Des fortunes mitigées pour l’agro-industrie africaine en période de pandémie

Des fortunes mitigées pour l'agro-industrie africaine en période de pandémie

Comme pour toute autre industrie, Covid-19 a eu un impact énorme sur le secteur agroalimentaire africain. La pandémie et les blocages associés ont considérablement perturbé les chaînes d’approvisionnement, tandis que le ralentissement économique a entraîné une baisse à court terme des investissements et des volumes d’échanges.

De plus, la crise est loin d’être terminée, avec une nouvelle vague d’infections touchant notamment l’Afrique australe au moment de la rédaction. Pourtant, pour le meilleur ou pour le pire, la pandémie pourrait également accélérer de nombreux processus en cours, tels que l’adoption de nouvelles souches de cultures et la diversification de l’utilisation des terres, en particulier vers les énergies renouvelables.

Il ne fait aucun doute que la pandémie a eu un impact important sur la production alimentaire, et une succession d’enquêtes et de rapports étayent ce point. Les recherches menées par l’initiative Integrated Food Security Phase Classification montrent que la crise a réduit les niveaux de sécurité alimentaire et les revenus des agriculteurs qui vendent leurs récoltes, telles que le manioc, les ignames et les tomates, aux villes africaines.

De plus, dans l’enquête d’Olam menée en mars auprès de 3 432 agriculteurs dans 19 pays, plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré que la pandémie avait affecté leurs revenus, leur production, leur sécurité alimentaire et leur nutrition, l’évolution des réponses gouvernementales est également susceptible d’avoir un effet sur les approvisionnements alimentaires. Le gouvernement ougandais, par exemple, a fourni aux gens des approvisionnements alimentaires d’urgence lors de la première fermeture du pays, mais pendant la seconde, il a choisi de fournir des paiements pour permettre aux gens d’acheter les denrées alimentaires de base dont ils ont besoin, confiant que le marché sera en mesure de fournir cela.

  La Comité des représentants permanents de l'Union africaine commence ses travaux mercredi

Une mauvaise situation sécuritaire est toujours un défi pour la production et la transformation des aliments, il n’est donc pas surprenant que la récente vague de pillages et de détournements en Afrique du Sud, déclenchée par l’arrestation de son ancien président, Jacob Zuma, ait affecté la production alimentaire et la fourniture.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top