Economie

Le Fonds vert pour le climat s’engage à verser 253 millions de dollars pour l’Afrique

Le Fonds vert pour le climat s'engage à verser 253 millions de dollars pour l'Afrique

L’investissement en capital de première perte du Fonds vert pour le climat, GFC, dans l’ICRF marque son plus grand investissement en capital en Afrique à ce jour, approuvée lors de la 35e réunion du conseil d’administration du GCF, qui vient de s’achever, cette transaction historique représente également le plus grand engagement du GCF envers un programme multi-pays à l’échelle de l’Afrique, facilitant l’introduction innovante par l’AFC d’infrastructures résilientes au changement climatique en tant que nouvelle classe d’actifs dans le paysage de l’investissement africain.

Avec une taille de fonds cible de 750 millions de dollars, l’ICRF est un instrument de financement innovant mis en place pour protéger l’infrastructure de l’Afrique face au climat en intégrant des mesures scientifiques résilientes au climat dans la planification, la conception, le développement, la construction et l’exploitation des actifs d’infrastructure conformément à l’Accord de Paris sur le climat, par le biais de l’ICRF, AFC Capital Partners financera des infrastructures nouvelles et désaffectées qui sont planifiées, conçues, construites et exploitées de manière à anticiper, préparer et s’adapter aux conditions climatiques changeantes du continent. L’ICRF co-investira avec l’AFC dans des opportunités qui correspondent au mandat climatique et aux critères d’investissement du Fonds, en mettant l’accent sur le transport et la logistique résilients au climat, les systèmes énergétiques, les zones économiques et les infrastructures de télécommunication et numériques.

Yannick Glemarec, directeur exécutif du GCF, a déclaré : « L’ICRF est un fonds pionnier qui catalysera le développement d’infrastructures résilientes au changement climatique à travers l’Afrique. L’investissement d’ancrage de première perte du GCF dans l’ICRF mobilisera les fonds de pension africains et d’autres investisseurs privés pour investir dans des infrastructures résilientes au changement climatique en tant que nouvelle classe d’actifs en Afrique, l’investissement en fonds propres de 240 millions de dollars du FVC soutiendra le coût supplémentaire requis pour intégrer des mesures d’adaptation et de résilience climatique dans des infrastructures à l’épreuve du climat, réduisant ainsi les risques de participation des investisseurs institutionnels commerciaux pour mobiliser des financements à grande échelle. Le GCF a engagé 13,7 millions de dollars supplémentaires en financement sous forme de subventions.

  L'Afrique peut-elle poursuivre son développement économique sans dépendre des combustibles fossiles ?
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top