Economie

Les pays asiatiques appelés à accroître leurs investissements en Afrique, la « terre d’opportunités »

Les pays asiatiques appelés à accroître leurs investissements en Afrique, la « terre d’opportunités »

Kevin Oramah, économiste en chef du Groupe de la Banque africaine de développement, estime que l’Afrique offre d’énormes opportunités aux investisseurs asiatiques et que les pays asiatiques et leur secteur privé ont tout intérêt à se tourner vers l’Afrique. Il a lancé cet appel lors d’un symposium organisé conjointement avec l’Institut coréen de politique économique internationale (l’Institut) le 12 juillet 2023 à Sejong-si, en Corée, à l’occasion de la publication du Rapport sur les perspectives économiques en Afrique 2023.

« J’appelle les investisseurs et les gouvernements d’Asie à considérer l’Afrique non pas comme une terre lointaine, mais comme un continent plein d’opportunités », a exhorté M. Oramah, qui est également vice-président en charge de la gouvernance économique et de la gestion des connaissances. Ses recommandations s’appuient sur les données de la récente publication des Perspectives économiques en Afrique, l’un des rapports phares du Groupe de la Banque. Chaque année, cette importante publication dresse le portrait des économies de 54 pays africains et détaille leurs perspectives, malgré plusieurs chocs majeurs que l’Afrique a subis ces dernières années, entre la pandémie de Covid-19, les effets du changement climatique et l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le continent a fait preuve d’une certaine résilience, comme après que la croissance du continent ait atteint 3,8% en 2022. L’économiste en chef s’attend à ce que la croissance atteigne 4,1% en 2023 et 2024, dépassant la moyenne mondiale de 2,9% et celle de l’Europe de 1,1%, estimant que seule la croissance de l’Asie sera plus élevée à 4,3%.

« L’Afrique doit jouer un rôle majeur dans la transition verte, sachant qu’elle contient 60 % des terres arables non exploitées de la planète et les minéraux nécessaires à la croissance verte », a ajouté M. Oramah. « Cela représente des opportunités de développement et d’investissements durables. des terres vierges, et vous pouvez facilement y construire des infrastructures. » Là-bas, à faibles émissions de carbone sans avoir à engager des dépenses importantes, Edmond Wega, directeur du Canada, de la Chine, de la Corée du Sud, du Koweït et de la Turquie au sein du Groupe de la Banque africaine, a déclaré que pour concrétiser ces opportunités, les investisseurs asiatiques doivent aller au-delà des stéréotypes sur l’Afrique.

  Cote d'ivoire : Le bilan économique d’Alassane Ouattara
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top