Economie

Le ralentissement économique de la Chine pèse sur le développement de l’Afrique

Le ralentissement économique de la Chine pèse sur le développement de l'Afrique

Dans ce qui ressemble à un effet dynamo, le ralentissement économique en Chine ne semble pas être douloureux pour Pékin seul, car il continuera probablement à avoir des conséquences indésirables sur de nombreux pays qui dépendent des emprunts auprès de la deuxième économie mondiale, et parmi beaucoup d’autres. Parmi ces pays se trouve la région de l’Afrique subsaharienne, qui arrive en tête de liste.

Un récent rapport de quatre économistes du Fonds monétaire international conclut que les liens économiques de la Chine avec cette région affectent gravement cette dernière, notamment en termes de croissance, de commerce et d’investissement, après 20 ans au cours desquels Pékin a établi de solides relations économiques avec les pays de la sous-région. – Région de l’Afrique saharienne, ce qui en fait le plus grand partenaire commercial d’un pays de la région, la Chine achète un cinquième des exportations de minéraux et de carburants de la région et fournit en retour la plupart des produits manufacturés et des machines importés par les pays africains, Hani Abdul Latif, Wenjie Chen, Michele Fornino et Henry Rawlings estiment qu’une réduction d’un point de pourcentage du taux de croissance en Chine pourrait entraîner une baisse de la croissance moyenne dans la région d’environ 0,25 point de pourcentage d’ici un an, et pour les pays exportateurs de pétrole. Dans des pays comme l’Angola et le Nigeria, la perte pourrait atteindre 0,5 point de pourcentage en moyenne, les effets d’entraînement du ralentissement économique chinois s’étendent aux prêts souverains aux pays d’Afrique subsaharienne, qui sont tombés à moins d’un milliard de dollars l’année dernière, le niveau le plus bas depuis près de deux décennies. De nombreux pays africains ont une dette publique croissante.

  Algérie : Comment l’augmentation des importations a fait croître le volume d'activité du port d'Oran ?

Les prêts chinois à la région ont augmenté rapidement au cours de la première décennie du 21e siècle, alors que la part du pays dans la dette publique extérieure totale de l’Afrique subsaharienne est passée de moins de 2 % avant 2005 à 17 % en 2021. Cela fait de la Chine le plus grand fonctionnaire bilatéral. Cependant, la part de la dette envers la Chine reste relativement faible, à un peu moins de 6 % de la dette publique totale de la région, dont la majeure partie est due par cinq pays : l’Angola, le Cameroun, le Kenya, le Nigeria et la Zambie.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top