Economie

Burkina Faso : la BAD soutient un nouveau projet visant à renforcer la sécurité alimentaire

Burkina Faso : la BAD soutient un nouveau projet visant à renforcer la sécurité alimentaire

Le Commandant Ismail Sombe, Ministre de l’Agriculture, des Ressources Animales et Halieutiques du Burkina Faso, a présidé la cérémonie de lancement du Projet d’Urgence pour Promouvoir la Production Alimentaire au Burkina Faso. La cérémonie s’est déroulée au siège de son ministère en présence de M. Amadou Dicko, ministre délégué à l’élevage, Daniel Ndoye, chef du bureau pays de la Banque africaine de développement au Burkina Faso, Abdoulaye Basinga, gouverneur de la région Centre, et environ 200 acteurs dans le domaine de l’agriculture.

Le projet d’urgence vise à contribuer à augmenter la production de maïs, de riz, de soja, de niébé, de sorgho et de blé, afin d’améliorer la sécurité alimentaire de la population burkinabé confrontée aux conséquences de la guerre entre l’Ukraine et la Russie. Le projet bénéficie d’une contribution financière de 38,4 millions d’euros (99% de son coût total) sous forme de don et de prêt du Groupe de la Banque africaine de développement, dans le cadre de la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence, cet engagement fort du Groupe de la Banque se justifie par l’alignement du projet sur le Document de stratégie pays intérimaire 2022-2025, dont l’un des domaines prioritaires concerne l’appui aux chaînes de valeur agricoles. Le projet s’inscrit également dans les objectifs de la stratégie « Nourrir l’Afrique » de la Banque, le projet fournira près de 9 000 tonnes de semences certifiées de variétés adaptées au climat et 36 000 tonnes d’engrais à 330 000 producteurs, dont plus de la moitié sont des femmes, des déplacés internes et des jeunes, installés principalement autour des grandes plaines irriguées du pays, Bagripol. et Bama., Banzon et Carvigla. Sa mise en œuvre augmenterait la production nationale de riz de 430 000 tonnes et celle de maïs de 707 000 tonnes. D’autres cultures verront également leur production augmenter.

  La BAD aide les pays d'Afrique de l'Ouest à respecter leurs engagements dans le cadre de l'Accord de Paris

Le représentant de la Chambre d’Agriculture, M. Madi Kondombo, a remercié le gouvernement et la Banque Africaine de Développement pour le lancement de ce projet qui apporte de l’espoir aux producteurs.

Ce projet renforce le travail des autorités, puisque le gouvernement a lancé en 2023 un programme intitulé « Campagne agricole, pastorale et halieutique 2023-2025 ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top