Economie

Les experts en Afrique appellent à un nouveau mécanisme financier pour atténuer les risques de change dans le financement de l’énergie

Les experts en Afrique appellent à un nouveau mécanisme financier pour atténuer les risques de change dans le financement de l'énergie

Lors d’une session organisée par le Groupe de la Banque africaine de développement le jeudi 30 mai 2024 dans le cadre de ses Assemblées annuelles 2024 à Nairobi, les discussions ont porté sur la refonte du financement des projets d’énergie propre en Afrique, le symposium, modéré par Wally Shonibare, directeur des solutions financières, de la politique énergétique et de la réglementation à la Banque, Maureen Hinda-Mbuende, vice-ministre des Finances de la Namibie, Amadou Huot, envoyé spécial du président du Groupe de la Banque africaine de développement pour l’Alliance pour les infrastructures vertes en Afrique, et Demba Diallo, parmi lesquels figuraient le directeur exécutif et responsable du développement de projets chez Africa50, et Auguste Claude Ngoetsobde, associé et responsable du conseil bancaire chez KPMG en Afrique du Sud.

Kevin Kariuki, vice-président de la Banque africaine de développement pour l’électricité, l’énergie, le climat et la croissance verte, a souligné cette question à l’ouverture de la séance : « La transition énergétique reste une priorité pour le développement de l’Afrique, mais elle est sous-financée et le principal problème est celui des échanges. les fluctuations des taux, qui restent une préoccupation », a-t-il déclaré. Il a également déclaré : « Tant que nous n’aurons pas de monnaie commune, nous avons besoin d’un mécanisme transparent et bien gouverné afin d’assurer la stabilité des investisseurs, de faciliter les emprunts et de réduire les risques de change ».

Demba Diallo a soutenu les commentaires de Kariuki, déclarant : « Les investisseurs de la plateforme ont supporté le plus gros de la dévaluation de nombreuses monnaies africaines, comme le Naira nigérian. La réduction des risques de change réduira les coûts et offrira un meilleur rendement pour chaque projet, le gouverneur Shonibare a noté que pour que l’Afrique atteigne ses objectifs énergétiques et climatiques d’ici 2030, des investissements annuels d’une valeur de 200 milliards de dollars sont nécessaires, alors que les investissements en 2022 étaient inférieurs à 90 milliards de dollars. « Les pays africains doivent accroître leur épargne nationale et mettre en commun leurs ressources naturelles afin de pouvoir utiliser ces ressources pour lever les fonds dont ils ont besoin pour investir dans les infrastructures énergétiques », a-t-il déclaré.

  Hausser les frais de passage des navires…Comment l'Egypte profite-t-elle de la crise des prix élevés du pétrole ?
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top