Economie

L’économie africaine renverra à la croissance en 2021, malgré l’augmentation de la pauvreté et de l’endettement

L'économie africaine renverra à la croissance en 2021, malgré l'augmentation de la pauvreté et de l'endettement

La Banque africaine de développement a déclaré que l’économie du continent renouerait avec la croissance globale en 2021 après la récession provoquée par la pandémie «Covid-19», tout en avertissant que la pauvreté et la dette publique continueraient d’augmenter.

La contraction de 2,1% des économies panafricaines avait provoqué la première récession en 50 ans, mais elle ouvrirait la voie à une croissance de 3,4% cette année, selon ce que la banque a déclaré dans le rapport «African Economic Outlook in 2021».

Le Fonds monétaire international s’attend à une croissance de 3,1%, moins optimiste que la Banque d’Afrique, dont la mission est de financer les investissements dans les pays africains et de fournir des conseils et une assistance technique pour les projets de développement.

La Banque africaine de développement s’attend à la plus forte reprise d’économies telles que le Maroc, la Tunisie et Maurice, qui dépendent du tourisme à 6,2%, alors que leur PIB recule encore l’an dernier.

La banque s’attend à ce que les pays exportateurs de pétrole et de matières premières tels que l’Algérie, le Nigéria, l’Angola et l’Afrique du Sud connaissent une croissance d’environ 3%, tandis que des économies plus diversifiées telles que la Côte d’Ivoire et l’Éthiopie connaissent une croissance de 4,1%, après avoir souffert des effets de la pandémie en 2020 moins grave.

Le rapport de la banque a souligné que 39 millions de personnes supplémentaires pourraient tomber sous le seuil de pauvreté extrême de 1,9 dollar par jour, soit une augmentation par rapport au chiffre d’environ 30 millions de personnes l’année dernière, l’extrême pauvreté, soit environ un tiers de la population du continent, pourrait affecter 465 millions de personnes en Afrique, dans un revers majeur après deux décennies de déclin constant.

  Une entreprise de Singapour augmente les rendements des cultures africaines grâce à l'utilisation de l'IA

«Nous devons nous attaquer à la dette en Afrique et aux problèmes de financement du développement en partenariat avec la communauté internationale et les créanciers privés», a écrit le président de la banque, Akinwumi Adesina, dans le rapport, il a également exhorté les dirigeants du continent à entreprendre « des réformes audacieuses pour réduire toutes les formes de fuite des ressources publiques, améliorer la mobilisation des ressources nationales et renforcer la transparence ».

 

 

 

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top