Economie

Des défis difficiles pour le pétrole angolais

Des défis difficiles pour le pétrole angolais

Ce sont des temps difficiles pour l’industrie pétrolière angolaise, des années de sous-investissement ont entraîné une baisse incessante de la production qui mine les finances publiques. Dans le même temps, les bas prix mondiaux du pétrole, exacerbés par la pandémie de coronavirus, découragent les investissements en amont dans les superficies en eaux profondes restantes du pays en raison des coûts de production élevés impliqués.

Le président João Lourenço compte sur la compagnie pétrolière d’État Sonangol pour gérer le développement de l’industrie et maximiser les revenus sur la production qui reste, mais l’entreprise est actuellement à peine en mesure de générer des bénéfices en raison de ses dettes écrasantes et a grandement besoin de réformes.

Lorsque Lourenço est arrivé au pouvoir en 2018, il a fait de la restructuration de Sonangol l’une de ses premières priorités. Le ministre des Ressources minérales et du Pétrole, Diamantino Azevedo, a comparé Sonangol à une pieuvre étant donné l’ampleur de ses investissements dans tout, de l’aviation, du tourisme et de l’agriculture aux assurances, aux télécommunications et à la banque.

Ces actifs non essentiels doivent être vendus pour créer une société allégée qui se concentre sur le développement de ses propres actifs en amont et sur ses opérations de raffinage et de distribution. Le gouvernement envisage également de céder certaines des nombreuses ramifications qui sont liées à la marque Sonangol mais qui sont basées dans le monde entier, il s’agit notamment de China Sonangol International Holding, basée à Hong Kong, dans laquelle elle détient une participation de 30%. Le rôle de la Sonangol en tant que régulateur de l’industrie pétrolière angolaise a déjà été transformé en une nouvelle organisation, Agência Nacional de Petróleo, Gás e Biocombustíveis (ANPG), qui organisera les futures séries de licences.

  Decom décroche un double contrat d'ingénierie en Mer du Nord et au large de l'Afrique de l'Ouest

Le gouvernement est également désireux de vendre des actions dans le secteur parapublic, éventuellement via une offre publique initiale (IPO), avec une part de 30% le chiffre le plus cité. Cela s’est avéré plus controversé et les progrès ont été lents, d’autant plus que le gouvernement craint qu’il ne soit peu probable qu’il obtienne la pleine valeur des ventes d’actions pendant la pandémie.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top