Politique

Une tournée soudanaise dans les pays africains autour du barrage de la Renaissance. L’Afrique a-t-elle la solution ?

Une tournée soudanaise dans les pays africains autour du barrage de la Renaissance. L'Afrique a-t-elle la solution ?

L’ancien ministre soudanais de l’irrigation, Othman Al-Tom, a déclaré que la tournée du ministre soudanais-africain des Affaires étrangères est une bonne étape ; Parce que les pays du fleuve Sénégal ont une bonne expérience dans la gestion des différends sur les ressources en eau entre eux.

Dans son discours à un épisode du 30/5/2021, il a ajouté que l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan devraient bénéficier de cette expérience, et Khartoum ne considère pas la deuxième étape du remplissage du barrage de la Renaissance comme un problème. Au contraire, parce que les barrages soudanais sont petits, et ne peuvent pas supporter l’énorme débit d’eau, et ce que Khartoum veut aborder, ce sont des questions techniques liées aux quantités qui seront saisies lors de la mobilisation.

La ministre soudanaise des Affaires étrangères, Maryam Al-Sadiq Al-Mahdi, a renouvelé l’appel à un accord contraignant pour remplir et exploiter le barrage Renaissance, lors d’une tournée africaine visant à expliquer la position de Khartoum sur le différend concernant le barrage. La tournée d’Al-Mahdi coïncide avec des manœuvres entre les armées soudanaise et égyptienne au Soudan et des manifestations en Éthiopie pour soutenir la position du gouvernement sur le barrage de la Renaissance.

Pour sa part, le politologue éthiopien, Kiram Tadesse, a déclaré que l’Éthiopie a répété à plusieurs reprises que le barrage de la Renaissance desservira les trois pays, et que c’est le début d’une coopération à long terme entre ces pays, et Addis-Abeba estime que l’expérience sénégalaise est très importante pour en tirer parti dans la résolution du différend sur le barrage.

  Comment l'Afrique peut-elle garantir le succès de la ZLECAf?

Il a ajouté que la tentative d’imposer un report de la deuxième mobilisation du barrage de la Renaissance ne servira pas la cause ; Car le retard exposera l’Éthiopie à une grande perte, et empêchera également une solution. Addis Baba estime que les solutions africaines sont les solutions les plus efficaces et les meilleures, soulignant que les manœuvres égypto-soudanaises ne servent pas la cause, d’autant plus que l’intérieur est témoin de l’étape des élections le mois prochain.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top