Politique

Batailles intenses au sein du mouvement du vice-président du Soudan du Sud

Batailles intenses au sein du mouvement du vice-président du Soudan du Sud

De violentes batailles ont eu lieu entre des factions rivales au sein de la branche militaire du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) dirigée par le vice-président du Soudan du Sud Riek Machar, a annoncé le porte-parole militaire du mouvement dans un communiqué, les affrontements ont éclaté après que des rivaux de Riek Machar ont annoncé cette semaine qu’ils l’avaient retiré de la direction et de l’aile militaire du parti. Cela pourrait mettre une pression supplémentaire sur l’accord fragile de partage du pouvoir de 2018 entre Machar et son vieil ennemi, le président Salva Kiir.

Le colonel Lam Paul Gabriel a noté que des soldats dirigés par le lieutenant-général Simon Gatwich Dual, un rival du parti, ont lancé une attaque dans l’État du Haut-Nil contre les hommes de Machar qui « ont repoussé les agresseurs », il a souligné que les forces de Machar ont tué deux généraux de division et plus de 27 soldats « ennemis », et ont pour leur part perdu trois membres, Gabriel a expliqué que Dawal et un autre officier supérieur ont été emmenés de l’autre côté de la frontière vers le Soudan et ont demandé à leurs partisans de retourner dans les rangs des forces de Machar. « La direction du SPLM demande au gouvernement du Soudan du Sud de maintenir sa neutralité en les gardant au Soudan et de ne pas leur permettre de revenir et de provoquer davantage d’insécurité dans la région », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Les dirigeants de l’aile militaire du Mouvement populaire de libération du Soudan dirigé par Machar, ont déclaré avoir licencié ce dernier pour son incapacité à représenter leurs intérêts. Cette rivalité pourrait déstabiliser un accord de partage du pouvoir conclu entre Machar et son ancien adversaire, le président Salva Kiir, cependant, les partisans de Machar ont déclaré vendredi que sa destitution était un « coup d’État raté », soulignant qu’il avait toujours le contrôle total du parti, cette semaine, Machar lui-même a accusé « ceux qui gâchent la paix » d’avoir orchestré son éviction. Il a estimé que l’objectif était de bloquer la formation d’un commandement unifié des forces armées, élément clé de l’accord de paix qui a mis fin à la guerre civile de cinq ans.

  Le chef de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud assure au Conseil de sécurité qu'il n'y a pas d'alternative à la mise en œuvre de l'accord de paix
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top