Politique

Le Mali dénonce les déclarations de Macron et convoque l’ambassadeur de France à Bamako

Le Mali dénonce les déclarations de Macron et convoque l'ambassadeur de France à Bamako

Mardi, le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a convoqué l’ambassadeur de France à Bamako et l’a informé de la protestation du gouvernement malien face aux déclarations du président français, que le ministre a qualifiées d’inamicales, selon un communiqué publié par le ministère des Finances, la convocation du diplomate français est intervenue après « des déclarations inamicales du président Emmanuel Macron à l’égard des institutions financières ».

Le communiqué indique que le ministre a fait part de la protestation, de la désapprobation et de la dénonciation du Mali à l’égard des déclarations de Macron, qui ne jouent pas dans l’intérêt du développement et du renforcement des relations de coopération entre les deux pays et peuples. Le ministre a appelé les autorités françaises à faire preuve de retenue et de respect mutuel, le communiqué ajoute que le ministre « a appelé les autorités françaises à faire preuve de retenue, à éviter les préjugés (…), au respect mutuel et à se concentrer sur la lutte contre le terrorisme », le président français avait précédemment qualifié de « défectueuses » les déclarations du Premier ministre malien Chogel Maiga à propos de l’opération Barkhane, notant que la France n’avait pas abandonné le Mali, en réponse à une déclaration de Maiga devant l’Assemblée générale des Nations Unies dans laquelle il déclarait que « la France a abandonné le Mali et l’a laissé seul face au destin », se référant à ce que Paris appelle « un repositionnement de l’opération Barkhane et une transformation en une opération conjointe plus large sous la bannière de la force Takuba ».

« Je suis choqué par les déclarations de Maïga (…) C’est honteux et inacceptable », a déclaré Macron, en réponse à une question à un journaliste de Radio France International lors d’un dîner à l’Elysée, ajoutant que Macron a qualifié les déclarations de Maïga d’illégitimes. n’est même pas décrit par le gouvernement, puisqu’il est venu après, et ce mardi, Macron a déclaré dans une autre déclaration à la radio « France Inter », « Bamako, sans l’intervention française à travers l’opération Serval, serait tombée entre les mains de terroristes », notant que le mérite de ne pas être entré dans le territoire malien le capital appartient à la France.

  La Minosma suspend ses vols vers le Mali en raison des sanctions de la CEDEAO
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top