Société

Les restrictions entravent l’aide humanitaire dans l’est de la RDC

Les restrictions entravent l'aide humanitaire dans l'est de la RDC

Le Représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo a déclaré que la violence et les restrictions d’accès dans l’est du pays continuent d’entraver les opérations humanitaires, dans un contexte où une personne sur trois a besoin d’assistance.

Dans un briefing au Conseil de sécurité mardi, Bento Keita, qui est également le chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), a noté les principales préoccupations d’insécurité alimentaire et d’épidémies périodiques, les attaques contre les écoles et les hôpitaux ont également exacerbé les défis humanitaires dans plusieurs régions de l’est du Congo, en particulier en Ituri, la République démocratique du Congo abrite le plus grand nombre de personnes déplacées internes sur le continent africain, avec plus de 5 millions de personnes déplacées internes. Plus de 26 millions de Congolais sont également en situation d’insécurité alimentaire, soit environ 29 pour cent de la population du pays.

Mme Keita a exhorté les membres du Conseil à augmenter leurs contributions au Plan de réponse humanitaire 2021 de 1,98 milliard de dollars, notant qu’à ce jour, le plan avait reçu un financement d’un peu plus du quart du montant demandé, le Représentant spécial a souligné deux défis principaux : assurer la sécurité et la protection des civils dans l’est du pays, et le processus de démocratisation à travers le pays, sur le plan de la sécurité, Keita a indiqué que depuis que le gouvernement a déclaré l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, la MONUC avait redoublé d’efforts pour soutenir les autorités congolaises.

  Allianz vise la croissance en Afrique de l'Est

Mais Mme Keita a averti que « beaucoup reste à faire, notamment s’assurer que les droits humains de la population sont systématiquement respectés dans la lutte contre les groupes armés », elle a qualifié la promulgation de la loi sur le programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation le 5 juillet comme une « grande opportunité », elle a déclaré que les opérations militaires conjointes contre les Forces démocratiques alliées avaient conduit au démantèlement de nombreux bastions du groupe rebelle, mais que les violations des droits humains commises par des acteurs étatiques et non étatiques « restaient alarmantes ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top