Politique

Andry Rajoelina arrive en tête des résultats préliminaires de l’élection présidentielle à Madagascar et l’opposition boycotte

Andry Rajoelina arrive en tête des résultats préliminaires de l'élection présidentielle à Madagascar et l'opposition boycotte

Les résultats préliminaires ont montré que le président malgache Andry Rajoelina a fait des progrès significatifs dans sa tentative de réélection lors d’une élection qui a connu un faible taux de participation et un boycott de l’opposition, selon les résultats préliminaires publiés par la Commission électorale nationale indépendante, Rajoelina a obtenu plus de 72,9 % du total estimé à 6,2 % des suffrages comptabilisés jusqu’à présent. Les votes dépouillés jusqu’à présent indiquent un taux de participation de 39,5 %, contre 55 % lors du premier tour de scrutin en 2018. Les résultats préliminaires complets devraient être annoncés le 24 novembre, tandis que la Cour constitutionnelle suprême devrait les ratifier en novembre.
Sur une population d’environ 30 millions d’habitants, 11 millions étaient inscrits sur les listes électorales de cette année, qui ont été précédées de semaines de manifestations menées par l’opposition, sur les 12 candidats de l’opposition initiale, seuls deux ont participé au vote. L’un était Marc Ravalomanana, l’ancien président évincé en 2009, et l’autre était Cetinje Randrianasoloniako, les États-Unis ont exprimé leur préoccupation face au faible taux de participation aux élections, à la formation insuffisante des responsables électoraux et aux violations commises par les responsables des partis. L’opposition a déclaré que la participation était la plus faible de l’histoire de Madagascar et s’est engagée à poursuivre la protestation, l’homme d’affaires de 49 ans a accédé au pouvoir sur cette île de l’océan Indien lors d’un coup d’État en 2009, a démissionné après près de cinq ans à la tête de la transition, puis a remporté les élections en 2018.
L’opposition affirme qu’il n’aurait pas dû se présenter à nouveau aux élections car il a obtenu la nationalité française en 2014 – ce qui, selon eux, révoque automatiquement sa citoyenneté malgache – et a créé des conditions électorales injustes. L’opposition a également appelé à des changements dans la composition de la Commission électorale et à la formation d’un tribunal spécial pour connaître des litiges électoraux, Rajoelina affirme que les deux accusations sont des tactiques politiques sans fondement, dans la mesure où la constitution n’exige pas que le chef de l’État détienne exclusivement la citoyenneté malgache et que toute perte de citoyenneté est soumise à l’approbation signée du gouvernement.

  Wagner...Le nouveau visage de la Russie en Afrique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top