Politique

La mission de l’ONU « MINUSCA » déploie des troupes supplémentaires au sud-est de la République centrafricaine

La mission de l'ONU "MINUSCA" déploie des troupes supplémentaires au sud-est de la République centrafricaine

Le porte-parole de la mission de l’ONU, Bertrand dakisaka, lors d’une réunion hebdomadaire à Bangui, a révélé le déploiement de forces militaires de l’ONU dans la région d’OBO (sud-est du pays). “Afin de renforcer la présence des troupes, compte tenu des enjeux sécuritaires dans la région, le déploiement de ces troupes a commencé et devrait conduire à une stabilité accrue dans la région et permettre à la population de passer sa vie en sécurité », a déclaré dakisaka.
Il est à noter que ce déploiement intervient dans le contexte de la vague d’insécurité que connaît la région d’OBO en raison des affrontements armés entre factions rivales, la ministre des Affaires étrangères de la République centrafricaine, Sylvie baybou Tymon, a précédemment critiqué la présence des forces de maintien de la paix et de sécurité de l’ONU en Centrafrique, la MINUSCA, déclarant: “cela fait 10 ans que les (casques bleus) existent et au cours desquels nous avons assisté à l’émergence de nouveaux mouvements rebelles, et cela nous amène à nous interroger sur la faisabilité de leur présence sur notre territoire, pour rappel, le Conseil de Sécurité de l’ONU a prolongé la mission de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en Centrafrique “MINUSCA” jusqu’au 15 novembre 2024, dans sa résolution, adoptée à la majorité de 14 voix, avec une abstention, le conseil a exprimé sa satisfaction des efforts déployés par le gouvernement centrafricain pour promouvoir la paix et la stabilité.
Dans le même ordre d’idées, l’ambassadeur de Russie à Bangui, Alexander bekantov, a annoncé que la question de la levée ou de la modification de l’embargo sur les armes à destination de la République centrafricaine serait présentée au Conseil de sécurité des Nations Unies cet été, ” Le rôle des experts se limite à collecter des informations et des évaluations et ce n’est qu’après cela qu’ils préparent leurs propositions aux Nations Unies”, a-t-il déclaré, notant qu’il est actuellement difficile d’évaluer les perspectives de levée ou d’assouplissement de l’embargo car certains membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont tendance à politiser la question.

  L'Espagne empêche un avion algérien d'entrer dans son espace aérien qui tentait de faire passer un criminel de guerre
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top