Politique

« Paix et Sécurité » pour l’Afrique condamne la prorogation du mandat du Président de la Somalie

"Paix et Sécurité" pour l’Afrique condamne la prorogation du mandat du Président de la Somalie

Le Conseil africain de paix et de sécurité a condamné la décision du Parlement somalien de proroger de deux ans le mandat du Président Mohamed Abdullahi Farmajo, cela est venu dans une déclaration publiée par le Conseil de l’Union africaine, après une session d’urgence sur la crise électorale en Somalie.

Dans sa déclaration, le conseil a qualifié l’approbation du projet de loi par le parlement somalien de «mesure unilatérale», exprimant sa vive préoccupation à son sujet, il a estimé que « la décision du parlement retardera le processus électoral en Somalie et affectera également négativement la voie démocratique et l’unité et la stabilité du pays ».

Le 12 avril, le parlement somalien a approuvé un projet de décision de tenir des élections législatives et présidentielles «directes» dans un délai de deux ans, ce qui signifie prolonger le mandat des organes législatifs et exécutifs pour une période de deux ans, le lendemain, le président Farmajo a ratifié la nouvelle loi, qui devait entrer en vigueur, à la lumière du refus de l’opposition.

Le Conseil a également appelé à la nomination d’un envoyé spécial de l’Union africaine pour aider les partis politiques en Somalie à parvenir à un accord politique sur la crise électorale, il a exhorté l’Envoyé spécial à présenter un rapport sur ses travaux au Conseil, dans un délai de quatre semaines (à compter de la date de sa nomination non précisée).

Il a souligné que toute négociation politique sur les élections aurait lieu sur la base de l’accord du 17 septembre entre le gouvernement et les chefs régionaux, qui stipulent que les élections parlementaires et présidentielles se tiendraient indirectement.

  Les arrêts liés au coronavirus ont coûté à l'Afrique plus de 65 milliards de dollars par mois

Plus tôt jeudi, le ministre somalien de la Communication avait mis en garde contre des démarches diplomatiques du Kenya et de Djibouti contre son pays, pour influencer la déclaration finale du Conseil, selon des déclarations diffusées à la télévision d’Etat, il y a un état de tension politique en Somalie, en raison de désaccords entre le gouvernement d’une part et les chefs de région et l’opposition d’autre part sur les détails du mécanisme de tenue des élections législatives et présidentielles.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top