Société

L’Afrique est sur le point de devenir une plaque tournante mondiale pour l’agritech, selon Microsoft Research

L'Afrique est sur le point de devenir une plaque tournante mondiale pour l'agritech, selon Microsoft Research

Le secteur agricole africain devrait connaître une croissance exponentielle au cours de la prochaine décennie, révèle une étude commandée par Microsoft et compilée par Africa Practice. Avec une valeur projetée de mille milliards de dollars d’ici 2030, le continent est en passe de devenir le centre mondial des solutions agrotechnologiques et a également connu une croissance rapide des solutions d’e-agriculture.

Avec l’agriculture soutenant 70 pour cent des moyens de subsistance de l’Afrique, Microsoft estime que l’agriculture est un secteur clé en Afrique. Le développement de solutions agrotech pour permettre une agriculture basée sur les données, précise et connectée aidera les agriculteurs de toute l’Afrique à optimiser les rendements, à augmenter la productivité agricole et à augmenter leur rentabilité. S’appuyant sur notre vaste réseau de partenariats et d’initiatives, Microsoft, à travers son initiative 4Afrika, s’engage à garantir que toutes les communautés agricoles sont équipées des derniers outils tels que l’IA, l’IoT et l’informatique de pointe pour améliorer la productivité et la durabilité dans l’ensemble du secteur.

L’Afrique est en train de devenir rapidement un leader mondial dans l’espace agrotech – entre 2016 et 2019, le secteur agrotech a augmenté de 44% en glissement annuel, et le continent a enregistré le plus grand nombre de services agrotech dans le monde en développement, atteignant plus de 33 millions de petits exploitants agriculteurs à ce jour.

L’agriculture représente déjà 14 pour cent du PIB en Afrique et 52 pour cent de la main-d’œuvre du continent. On s’attend à ce qu’à mesure que la classe moyenne du continent se développe rapidement, elle entraînera une augmentation de la demande de produits frais, tandis que la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA) pourrait stimuler le commerce intra-africain de 49%. Grâce à des investissements accrus dans les intrants, les installations de stockage et les infrastructures d’irrigation, l’Afrique devrait multiplier par trois sa production agricole d’ici 2030.

  L’Afrique au bout de la course aux vaccins
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top