Société

Alice Nkom, une ardente défenseure des personnes LGBT au Cameroun

Alice Nkom, une ardente défenseure des personnes LGBT au Cameroun

Alice Nkom, première femme avocate du Cameroun et doyenne du barreau de son pays, a consacré sa vie à lutter pour la dépénalisation de l’homosexualité. Au Cameroun, les homosexuels risquent jusqu’à cinq ans de prison. Nkom espère soutenir son combat dans le sommet franco-africain en cours à Montpellier.

Sa béquille est la seule qui puisse trahir son âge, elle a 76 ans mais elle n’a l’air que la soixantaine. C’est une grande dame que ses clients appellent « Ma Mère ». Alice Nkom, la doyenne des avocats camerounais et farouche défenseure des droits des LGBT, n’est pas encore prête à prendre sa retraite. « Je n’ai aucune raison d’arrêter maintenant, affirme-t-elle. J’ai un dernier combat : dépénaliser l’homosexualité dans mon pays », vêtue de sa robe traditionnelle à la fois arc-en-ciel, elle vient de boucler sa tournée des associations gay de France. Cela s’est passé peu avant le sommet Afrique-France de Montpellier, qui a débuté ce vendredi 8 octobre, où se réuniront des représentants du monde des affaires et de la société civile africains, à l’invitation du président français Emmanuel Macron.

Au Cameroun, Alice Nkom a été la première femme inscrite au barreau en 1969, après l’avoir co-fondé avec d’autres avocats, à une époque où seuls les hommes blancs de France avaient accès à la profession. « Je l’ai fait par amour », dit-elle, faisant référence à l’influence et à l’inspiration d’un mari qui croyait en elle, devenir Procureur de la République du Cameroun ? Cela aurait pu être trop facile pour une femme qui aime son travail. Non, dit-elle, « ils plaident pour la criminalisation et gagnent souvent ». Et elle poursuit avec une certaine ironie : « Quant à moi, j’ai eu la mauvaise idée de défendre les droits de l’homme » en plaisantant, dit la femme, qui a commencé à exercer le métier de droit commercial avant de se consacrer à la défense des homosexuels.

  Sur la même voie que la France, l’Allemagne rendra des antiquités pillées en Afrique à l’époque coloniale

Plus elle devenait célèbre, plus Alice Nkom devenait menacée, raconte-t-elle : « J’ai plaidé plusieurs fois à Yaoundé avec des gardes du corps. « C’est arrivé au point que je recevais des appels téléphoniques jour et nuit, me traitant de sorcière.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top