Société

Un nouveau rapport révèle les risques croissants de changement climatique en Afrique

Un nouveau rapport révèle les risques croissants de changement climatique en Afrique

L’évolution des régimes de précipitations, la hausse des températures et des événements météorologiques plus extrêmes ont contribué à exacerber l’insécurité alimentaire, la pauvreté et les déplacements en Afrique au cours de l’année écoulée, c’est ce qu’indique un nouveau rapport, publié aujourd’hui mardi, qui a été préparé conjointement par plusieurs agences et coordonné par l’Organisation météorologique mondiale.

Le rapport sur l’état du climat en Afrique 2020 donne un aperçu des tendances et des impacts du changement climatique, notamment l’élévation du niveau de la mer et la fonte des glaciers les plus célèbres du continent, le rapport souligne la vulnérabilité accrue de l’Afrique au changement climatique et montre que les avantages potentiels de l’investissement dans les mesures d’adaptation climatique, les services météorologiques et climatologiques et les systèmes d’alerte précoce dépassent de loin les coûts, dans l’introduction du rapport, le Secrétaire général de l’Organisation, le professeur Petteri Taalas, a déclaré que les indicateurs climatiques en Afrique étaient caractérisés, en 2020, par des températures élevées persistantes, une montée accélérée du niveau de la mer et des événements météorologiques et climatiques extrêmes, tels que comme les inondations, les glissements de terrain et les sécheresses, et leurs conséquences.

Le responsable de l’ONU a averti que « le recul rapide des derniers glaciers restants en Afrique de l’Est, qui devrait fondre complètement dans un avenir proche, menace le changement imminent et irréversible du système terrestre », il a ajouté : « L’amélioration de la résilience au changement climatique est une nécessité urgente et continue, ainsi que la reprise après la pandémie de COVID-19, selon le rapport, les glaciers ne couvrent que trois montagnes en Afrique, à savoir le mont Kenya (Kenya), le mont Rwenzori (Ouganda) et le mont Kilimandjaro (République-Unie de Tanzanie). Bien que la petite taille de ces glaciers ne leur permet pas d’être utilisés pour stocker de grandes quantités d’eau, ils sont d’une grande importance touristique et scientifique. Les taux actuels de recul des glaciers dépassent la moyenne mondiale.

  L'UNICEF met en garde contre la pire crise humanitaire au Soudan du Sud

 

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top