Société

L’Afrique ne reçoit que 12% des financements nécessaires pour s’adapter au changement climatique

L'Afrique ne reçoit que 12% des financements nécessaires pour s'adapter au changement climatique

Un rapport publié jeudi indique que l’Afrique ne reçoit que 12% du financement dont elle a besoin pour gérer l’impact du changement climatique, augmentant la pression sur les pays riches pour qu’ils en fassent plus à l’approche des négociations mondiales sur le climat en novembre, environ 250 milliards de dollars sont nécessaires chaque année pour aider les pays africains à passer à des technologies plus vertes et à s’adapter aux effets du changement climatique, mais le financement en 2020 n’était que de 29,5 milliards de dollars, selon un rapport de la Climate Policy Initiative.

Les pays riches ont fait l’objet de critiques croissantes pour ne pas avoir tenu leur promesse faite en 2009 de fournir 100 milliards de dollars par an pour aider les pays pauvres et la question sera probablement au cœur des discussions lors des pourparlers sur le climat de la COP27 en Égypte, l’Afrique compte environ un cinquième de la population mondiale, mais produit moins de 3 % des émissions de dioxyde de carbone, selon l’Agence internationale de l’énergie, « Pour exploiter les opportunités d’investissement climatique en Afrique, il faudra innover dans les structures de financement et le déploiement stratégique du capital public afin de mobiliser l’investissement privé à des niveaux élevés », indique le rapport, il a cité le manque de compétences, d’infrastructures et de données, la profondeur des marchés financiers, les problèmes de gouvernance et le risque de change comme facteurs entravant les investissements climatiques à des degrés divers dans les pays africains.

Le rapport indique que les obstacles sont plus nombreux dans les pays d’Afrique centrale, où les infrastructures et l’accès au crédit font défaut et où il existe des risques importants de problèmes politiques et réglementaires qui entravent l’investissement, « Bien que ces obstacles soient réels, la perception des risques associés aux investissements sur le continent africain est souvent exacerbée par la compréhension limitée des contextes nationaux par les investisseurs privés », explique le rapport, le rapport note que cette situation pourrait aboutir à ce que les investisseurs dirigent leurs capitaux vers d’autres marchés – considérés comme plus sûrs – et passent ainsi à côté d’opportunités d’investissement potentiellement rentables.

  L'Afrique du Sud revient à des restrictions COVID plus strictes alors que les cas augmentent
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top