Société

Les Tunisiens noirs frappés par le racisme après les propos infâmes du président

Les Tunisiens noirs frappés par le racisme après les propos infâmes du président

Comme de nombreux Tunisiens noirs, Nebras Magnnah, 26 ans, a peur depuis que des vagues d’attaques racistes visant des migrants d’Afrique subsaharienne se sont déclenchées après des propos incendiaires du président Kais Saied, depuis que Saied a ordonné le mois dernier des « mesures urgentes » contre les migrants subsahariens pour un prétendu « complot criminel » visant à modifier la composition démographique du pays d’Afrique du Nord, Magnnah a déclaré avoir été insultée dans la rue.

Magnnah, une diplômée universitaire travaillant comme serveuse, a déclaré que le discours « incitait à la violence physique et verbale » avec des actions ouvertement racistes prises sans crainte de représailles.

« Pars, qu’est-ce que tu fais encore ici ? », a-t-elle dit, les gens lui criaient dessus dans la rue, les commentaires de Saied ont alimenté des attaques, des expulsions et d’autres représailles contre les migrants, ont déclaré des groupes internationaux de défense des droits, et les pays d’Afrique de l’Ouest ont renvoyé chez eux des centaines de leurs ressortissants craintifs, la minorité noire tunisienne, déjà défavorisée, a également été touchée, les Tunisiens noirs représentent environ 10 à 15% des 12 millions d’habitants du pays, dont beaucoup ont des racines séculaires en Tunisie d’ancêtres arrivés pendant la traite des esclaves, Saadia Mosbah, qui dirige le groupe de campagne contre le racisme Mnemty, a pointé « cinq ou six attaques contre des Tunisiens noirs » ces dernières semaines.

« Après le discours, j’ai remarqué que les Tunisiens noirs avaient aussi peur », a déclaré l’ancienne hôtesse de l’air de 63 ans, dont la campagne a conduit à l’adoption d’une loi anti-discrimination en 2018, Mosbah a également été insultée en ligne et dans la rue, beaucoup lui disant de « rentrer chez elle », mais cela ne l’a pas empêchée de se montrer solidaire avec les migrants subsahariens, Mosbah a aidé à fournir des produits de première nécessité aux plus vulnérables parmi les plus de 21 000 Subsahariens vivant en Tunisie, selon les derniers chiffres officiels, dont beaucoup se sont récemment retrouvés sans travail ni logement.

  La Turquie forme des Éthiopiens à faire face aux catastrophes naturelles
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top