Société

Le Soudan a besoin d’une « action immédiate » contre la faim pour éviter une mortalité généralisée, selon un rapport soutenu par l’ONU

Le Soudan a besoin d'une "action immédiate" contre la faim pour éviter une mortalité généralisée, selon un rapport soutenu par l'ONU

Une action immédiate est nécessaire pour « empêcher la mort généralisée et l’effondrement total des moyens de subsistance et éviter une crise catastrophique de la faim au Soudan », a averti vendredi une autorité mondiale sur la sécurité alimentaire soutenue par les Nations Unies, la Classification intégrée de la Phase de la sécurité alimentaire (IPC) devait publier une mise à jour de son analyse de décembre selon laquelle près de 5 millions de personnes étaient au bord d’une famine catastrophique. Mais il n’a pas pu le faire à cause de la guerre.

Au lieu de cela, l’IPC a déclaré qu’il avait examiné les dernières preuves disponibles et publié l’alerte vendredi « pour exprimer sa préoccupation majeure » face à la détérioration de la situation et pour demander une action immédiate « pour prévenir la famine », la guerre a éclaté au Soudan le 15 avril 2023 entre l’armée soudanaise (SAF) et les Forces paramilitaires de Soutien rapide (RSF). L’ONU a déclaré que près de 25 millions de personnes – la moitié de la population soudanaise – avaient besoin d’aide et que quelque 8 millions d’entre elles avaient fui leurs foyers, « Sans une cessation immédiate des hostilités et un déploiement important d’aide humanitaire … la population des États de Khartoum et de Gezira, du Grand Darfour et du Grand Kordofan, risque d’atteindre les pires niveaux d’insécurité alimentaire aiguë et de malnutrition au cours de la prochaine période de soudure à partir d’avril – mai 2024 », a déclaré vendredi l’IPC.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a appelé ce mois-ci à une cessation immédiate des hostilités. Les États-Unis ont averti jeudi qu’ils pousseraient le Conseil à prendre des mesures pour acheminer de l’aide aux personnes affamées au Soudan, éventuellement en autorisant des livraisons transfrontalières depuis le Tchad, l’IPC a estimé que près de 5 millions de personnes souffraient de malnutrition aiguë, dont 3,6 millions d’enfants de moins de cinq ans et 1,2 million de femmes enceintes et allaitantes.

  Des experts de l'Union africaine se réunissent pour élaborer des statistiques "fiables" sur la migration et la mobilité
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top