Société

Rapport : Il n’y a pas eu d’augmentation du nombre de migrants africains après que le Niger a aboli l’interdiction

Rapport : Il n’y a pas eu d’augmentation du nombre de migrants africains après que le Niger a aboli l’interdiction

Neuf experts en migration et représentants d’organisations spécialisées dans la migration ont déclaré que les données sur les migrants arrivant en Europe via la Méditerranée ne montrent pas d’augmentation, même si, selon eux, ces chiffres pourraient augmenter à l’avenir, « Quand j’entends des politiciens dire qu’il y a une urgence migratoire ou parler d’invasion : non, ce n’est pas le cas », a déclaré Flavio Di Giacomo, porte-parole de l’OIM pour la Méditerranée. Il a ajouté que l’agence des Nations Unies ne s’attend pas à une augmentation significative des flux de migrants sur cette route en provenance d’Afrique du Nord dans les mois à venir.

En fait, le nombre d’arrivées via la Méditerranée centrale a chuté de 62 % entre janvier et avril, a indiqué l’agence européenne des frontières Frontex dans un rapport publié en mai. Di Giacomo a expliqué que cela était dû en partie au mauvais temps, qui a compliqué la traversée maritime, mais deux responsables de la région, qui ont requis l’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à s’exprimer publiquement, ont déclaré que la Libye et la Tunisie ont également intensifié leurs efforts pour renvoyer ou arrêter les migrants cherchant à traverser la Méditerranée, après avoir reçu des fonds de l’Union européenne pour réduire la migration. . L’Union européenne a déclaré l’année dernière qu’elle investirait 800 millions d’euros dans toute l’Afrique du Nord jusqu’en 2024 pour résoudre ce problème. La Première ministre italienne Giorgia Meloni a attribué « avant tout » la baisse des taux de migration à l’aide fournie aux deux pays.

Selon ce que Reuters a rapporté, les autorités tunisiennes et libyennes n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de Reuters. La Tunisie a déclaré dans le passé qu’elle respectait les droits de l’homme mais n’acceptait pas les personnes entrant illégalement dans le pays, les autorités libyennes affirment qu’elles travaillent avec leurs voisins et l’Italie pour résoudre le problème migratoire, en novembre, les chefs militaires du Niger ont aboli une loi soutenue par l’Union européenne qui criminalisait les personnes aidant les migrants. L’abrogation de cette loi a suscité l’inquiétude en Europe à l’approche des élections européennes de cette semaine, et certains partis d’extrême droite s’attendaient à un afflux d’immigrés illégaux.

  Le Conseil présidentiel libyen présente ses excuses aux migrants
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top