Société

Au Sénégal, les femmes tentent de maintenir la tradition de la poterie

Au Sénégal, les femmes tentent de maintenir la tradition de la poterie

Pour ces femmes sénégalaises, cet atelier de poterie extérieur est leur ultime lieu de rencontre où elles passent la plupart de leurs journées à travailler de leurs mains, dans le village de Cassamance, au sud du pays, la poterie est une tradition et un art, le savoir se transmet de génération en génération.
Arocky Coly, une femme dans la soixantaine, est la gardienne du temple de la poterie, «Je suis ici depuis plus de 20 ans. J’ai commencé avec mes aînés mais ils ne peuvent plus venir en raison de leur âge avancé, d’autres sont même morts. Mais nous ne gagnons pratiquement rien à notre travail », a-t-elle déclaré.
« Parfois, nous produisons beaucoup de vases qui finissent par se briser. Mais cela ne nous décourage pas. Tant que je serai encore en vie, je continuerai à soutenir les plus jeunes », aujourd’hui, c’est avec un sens du devoir qu’Arocky voit les choses évoluer, en plus de la poterie, ces femmes sont désormais engagées dans la transformation des fruits, la production de savon et la fabrication de réchauds en argile.
Mais avec des ressources limitées, la petite entreprise qu’ils ont créée a du mal à démarrer.
«Nous avons encore du mal à trouver des financements. Nous n’en avons pas pour le moment. Ceux qui nous ont formés ont fait de leur mieux. Ils ont financé le four, mais c’est tout. Cependant, si nous avions eu du financement, cela nous aurait permis de rendre notre travail plus rentable. C’est tout ce que nous voulons », a déclaré Khady Mane, présidente de l’Association des femmes.
Trouver un marché reste un gros problème et il y a inévitablement des difficultés à se procurer le bon équipement, «Nous n’avons pas assez de matériel. En ce qui concerne les poêles, par exemple, il y a trois machines essentielles qui nous manquent encore », a déclaré Mane.
«Si nous les avions eues, ils nous auraient beaucoup aidés car ici nous utilisons beaucoup le bois, notamment pour la cuisine. De plus, j’appelle les habitants du village à nous rejoindre afin de mieux développer cette activité.
Pour ces femmes, la plus grande ambition est de créer des emplois.
Mais la principale source de revenus du village naturel riche en plages et forêts luxuriantes est la pêche et l’agriculture de subsistance.

  « Ils ont des rêves » : comment la danse aide les enfants victimes du volcan congolais à vaincre les traumatismes
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top