Politique

Burhan: Toutes les forces seront intégrées dans l’armée d’ici la fin de la période de transition

Burhan: Toutes les forces seront intégrées dans l'armée d'ici la fin de la période de transition

Abd al-Fattah al-Burhan, chef du Conseil de souveraineté de transition, a annoncé l’intégration de toutes les forces du pays dans l’armée soudanaise d’ici la fin de la période de transition, selon un communiqué publié par les médias militaires de l’armée soudanaise, publié par le site Internet « Sudan Tribune », Al-Burhan a déclaré: La fin de la période de transition verra la fusion de toutes les forces en une seule armée.

Il a confirmé que l’armée était prête à accueillir les forces des mouvements en son sein, sur la base de l’accord sur les arrangements de sécurité attaché à l’accord de paix.

Concernant la nature de l’intégration, al-Burhan a déclaré: << L’intégration dans l’armée est soumise à des fondations spécifiques, y compris une répartition équitable des opportunités entre les régions du pays en fonction de la proportion de la population, en plus des normes internationales d’absorption en armées », le chef du Conseil de souveraineté de transition a indiqué que la direction de l’armée soudanaise cherche à «construire une institution militaire unifiée qui protège le Soudan et n’a aucune ambition de gouvernance».

Al-Burhan a déclaré qu’il travaillait avec les partenaires de gouvernement de transition pour « surmonter les défis actuels », en plus de travailler avec l’organe exécutif pour mettre en œuvre les réformes nécessaires pour atteindre le stade de la stabilité économique.

Concernant les tensions à la frontière éthiopienne, Al-Burhan a déclaré: « L’armée soudanaise ne se retirera pas de son déploiement dans les frontières orientales bordant l’Ethiopie ».

Le chef du Conseil de souveraineté de transition au Soudan a accusé l’Éthiopie de «s’opposer aux chartes conclues antérieurement».

  La France évacue la base de Kidal pour l'armée malienne et les forces de la « MINUSMA »

Concernant l’agression présumée pratiquée par l’armée soudanaise aux frontières éthiopiennes, Al-Burhan a répondu que «l’armée soudanaise n’est pas un agresseur, et son idéologie et son armement sont basés principalement sur la défense et non sur l’attaque et l’agression».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top