Politique

Crise du protocole de la prière Tarawih en Algérie

Crise du protocole de la prière Tarawih en Algérie

Le chef de la coordination nationale des imams, Djelloul Hadjimi, a critiqué les récentes déclarations du ministre des Affaires religieuses dans lesquelles il décrivait de démons ceux qui appelaient à rompre le protocole sanitaire, et a déclaré que le ministre devait nous montrer ces partis qu’il désignait dans son discours et le mouvement qui menace les mosquées, en référence aux salafistes. Hadjimi a également confirmé que la référence nationale était menacée au niveau des mosquées.

Hadjimi a ajouté que les parties menaçant les mosquées et appelant à enfreindre le protocole sanitaire, selon Belmahdi, et qui a refusé de les accuser et de les préciser directement, sont les mêmes qui menacent la référence nationale et pratiquent contre elle l’harcèlement et l’exclusion sous le silence du ministère.

Hadjimi a critiqué les propos du ministre des affaires religieuses dans sa réponse aux appels à briser la séparation lors de la prières de Tarawih, en déclarant que le ministre est tenu de préciser explicitement le côté et le partie qui parle du sujet et non d’attaquer d’une manière vague malgré sa connaissance de la source de cet appel qui est venu du cheikh des salafistes, cheikh Ferkous.

Hadjimi a dit de quoi vous avez peur, les personnes désignées doivent être nommée, et le chef de la coordination nationale des imams a continué, si nous sommes en désaccord sur une présentation ou un point de vue, il vaut mieux ne pas y adhérer et ne pas décrire comme démon ceux qui le contredisent.

  Algérie : Le régime des généraux nie l'existence de prisonniers politiques malgré l'arrestation de milliers de citoyens libres
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top