Société

L’Afrique du Sud revient à des restrictions COVID plus strictes alors que les cas augmentent

L'Afrique du Sud revient à des restrictions COVID plus strictes alors que les cas augmentent

L’Afrique du Sud est revenue à des restrictions plus strictes sur les rassemblements publics et les ventes d’alcool alors que le pays connaît une augmentation rapide des cas de COVID-19 et des hospitalisations, le président Cyril Ramaphosa a déclaré mardi que les nouvelles infections menaçaient les systèmes de santé dans plusieurs régions du pays et que les admissions à l’hôpital liées au COVID avaient augmenté de 59% au cours des deux dernières semaines.

Le couvre-feu nocturne a été prolongé d’une heure de 22 heures à 4 heures du matin tandis que les rassemblements religieux à l’intérieur sont limités à 50 personnes, le nombre de personnes autorisées à se rassembler pour les événements sociaux a été limité à 50 personnes pour les événements en salle et 100 personnes pour les événements en plein air, la vente au détail d’alcool ne sera autorisée qu’entre 10h00 et 18h00 heure locale du lundi au jeudi, la moyenne mobile sur sept jours des nouveaux cas quotidiens en Afrique du Sud a presque doublé au cours des deux dernières semaines, passant de 6,69 nouveaux cas pour 100 000 personnes le 31 mai à 12,71 le 14 juin, selon l’Université Johns Hopkins.

L’Afrique du Sud a été le pays le plus durement touché par la pandémie sur le continent, avec un total cumulé de plus de 1,7 million d’infections, dont 58 000 décès, représentant près de 40 % du total des cas confirmés en Afrique, les nouvelles restrictions interviennent alors que l’Afrique du Sud se bat également pour maintenir une campagne de vaccination qui a été retardée par les pénuries mondiales de vaccins et cette semaine, la nouvelle qu’elle doit jeter deux millions de doses du vaccin Johnson & Johnson en raison de la contamination d’une usine aux États-Unis.

  AW Free Foundation et FactSpace West Africa forment des journalistes togolais sur la vérification des faits

Johnson & Johnson avait promis de livrer deux millions de ses doses uniques d’ici la fin juin, mais cela est maintenant considéré comme menacé en raison de la récente décision de la Food and Drug Administration des États-Unis selon laquelle une grande quantité de vaccins J&J ont été contaminés par un problème dans une usine produisant un composant du vaccin.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top