Société

Les avortements sont légaux dans une grande partie de l’Afrique, mais peu de femmes sont peut-être au courant

Les avortements sont légaux dans une grande partie de l'Afrique, mais peu de femmes sont peut-être au courant

Lorsque Efua, une créatrice de mode de 25 ans et mère célibataire au Ghana, est tombée enceinte l’année dernière, elle a demandé un avortement dans un dispensaire, mais craignait que la procédure ne soit illégale. Les agents de santé ont assuré que ses avortements étaient légaux sous certaines conditions dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, mais Efua a déclaré qu’elle était toujours nerveuse, ” J’avais beaucoup de questions, juste pour être sûre d’être en sécurité », a déclaré Efua à l’Associated Press, à condition que seul son deuxième prénom soit utilisé, de peur des représailles du mouvement anti-avortement croissant dans son pays.

Trouver des informations fiables était difficile, a-t-elle dit, et elle n’a pas parlé de sa procédure à sa famille. “Cela vient avec trop de jugements”, décida – t-elle, plus de 20 pays à travers l’Afrique ont assoupli les restrictions sur l’avortement ces dernières années, mais les experts disent que, comme Efua, de nombreuses femmes ne réalisent probablement pas qu’elles ont droit à un avortement légal. Et malgré la légalité accrue de la procédure dans des endroits comme le Ghana, le Congo, l’Éthiopie et le Mozambique, certains médecins et infirmières disent qu’ils sont de plus en plus réticents à pratiquer ouvertement des avortements. Ils craignent de déclencher la colère des groupes d’opposition qui se sont enhardis depuis la décision de la Cour suprême des États-Unis en 2022 annulant le droit national à l’avortement, “Nous fournissons un service juridique aux femmes qui souhaitent avorter, mais nous ne l’annonçons pas ouvertement”, a déclaré Esi Asare Prah, qui travaille à la clinique où Efua a subi la procédure — légale en vertu de la loi ghanéenne adoptée en 1985. « Nous avons constaté que les gens acceptent que notre clinique fournisse des avortements, tant que nous ne rendons pas trop évident ce que nous faisons”.

  Élévation du taux d'enfants enlevés par mois en Afrique du Sud

Le Protocole de Maputo, un traité relatif aux droits de l’homme en vigueur depuis 2005 pour les 55 pays de l’Union africaine, stipule que chaque nation du continent devrait accorder aux femmes le droit à un avortement médicamenteux en cas de viol, d’agression sexuelle, d’inceste et de mise en danger de la santé mentale ou physique de la mère ou du fœtus.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top