Société

La violence oblige 65000 personnes à fuir et menace les opérations humanitaires au Nigéria

La violence oblige 65000 personnes à fuir et menace les opérations humanitaires au Nigéria

Les Nations Unies ont déclaré qu’une série d’affrontements impliquant les forces de sécurité gouvernementales et des groupes rebelles dans le nord-est du Nigéria a provoqué des déplacements massifs et menacé l’aide humanitaire, les groupes armés chassant les travailleurs humanitaires «de maison en maison».

«Jusqu’à 65 000 Nigérians sont en déplacement, à la suite d’une série d’attaques par des groupes armés contre la ville de Damasak, dans l’État agité de Borno, dans le nord-est du Nigéria», a déclaré à la presse à Genève le porte-parole du HCR Babar Baloch. Les premiers rapports indiquent que huit personnes ont été tuées et des dizaines ont été blessés ».

Dans le même ordre d’idées, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a signalé que plusieurs incidents se sont produits dans la ville depuis le dimanche 11 avril, Larquet a déclaré que des acteurs non étatiques armés effectuent également des fouilles porte-à-porte, et il est rapporté qu’ils «recherchent des civils qui ont été identifiés comme des travailleurs humanitaires», cela s’est produit alors que les opérations de secours et humanitaires étaient «une bouée de sauvetage pour les gens du nord-est du Nigéria qui dépendent de l’aide pour survivre».

Selon OCHA, les attaques affecteront le soutien de près de 9 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays et de 76 000 personnes dans la communauté hôte recevant une aide humanitaire et une protection.

Dans l’attaque la plus récente signalée mercredi – la troisième en sept jours – M. Baloch a expliqué au nom du HCR que «jusqu’à 80% de la population de la ville – y compris la communauté locale et les déplacés internes – ont été forcés de fuir.

  Les femmes et les filles du Soudan du Sud luttent contre l'escalade de la violence sexuelle dans un contexte de conflit et de crise climatique

Les assaillants ont pillé et incendié des maisons et des entrepôts pour des agences humanitaires, un poste de police, une clinique et une installation du HCR, qualifiant la situation d’extrêmement critique, M. Larket, du Bureau de la coordination des affaires humanitaires, a souligné que si les attaques se poursuivaient, «il serait impossible, peut-être pendant de plus longues périodes, d’aider les personnes qui en avaient le plus besoin», les commentaires du porte-parole d’OCHA sont intervenus alors que le HCR avait indiqué que son personnel avait temporairement quitté Damasak cette semaine.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top