Economie

Le Royaume-Uni rejoindra l’Afrique dans sa croissance

Le Royaume-Uni rejoindra l'Afrique dans sa croissance

Le lancement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) le 1er janvier 2021 a été un événement historique avec le potentiel de transformer le continent. Pour réaliser ce potentiel, les décideurs devront faire face à de nombreux défis pour une mise en œuvre réussie, en continuant à travailler en étroite collaboration avec les groupes commerciaux régionaux.

Pendant des décennies, l’idée d’un marché commun africain a été un objectif majeur pour les dirigeants du continent. Par rapport aux autres continents, le commerce entre les pays africains est terriblement faible. Le lancement de la ZLECAf le 1er janvier marque un moment important pour le continent, le début de la route vers un commerce sans friction des biens et services entre tous les pays africains, l’accord crée la plus grande zone de libre-échange au monde en nombre de pays, incorporant 1,3 milliard de personnes avec un PIB combiné de 3,4 milliards de dollars. En réduisant, et éventuellement en éliminant, les barrières tarifaires et non tarifaires au commerce entre les pays africains, l’accord promet de créer des opportunités commerciales, des emplois et de réduire les prix pour les consommateurs. Selon la Banque mondiale, cela pourrait sortir 30 millions de personnes de l’extrême pauvreté. S’il est pleinement mis en œuvre, il pourrait augmenter le PIB de l’Afrique de 7 % – près de 450 milliards de dollars – d’ici 2035.

Les pays africains et les entreprises font trop peu de commerce entre eux. Cela a sacrifié la myriade d’avantages mutuels du commerce intra-continental et laissé les pays africains trop dépendants des partenaires commerciaux extérieurs. La pandémie de Covid-19 et sa perturbation des chaînes d’approvisionnement, notamment pour les équipements médicaux, a mis en lumière ces enjeux.

  La BID s'associe à la BADEA pour stimuler le cofinancement de projets de développement en Afrique

Seulement 16% du commerce de l’Afrique est intra-régional, contre 68% pour l’Europe et 60% pour l’Asie. En termes simples, les avantages du commerce pour les pays africains se dirigent massivement vers la Chine, les États-Unis et d’autres pays extérieurs, plutôt que de rester en Afrique.

Pour le Royaume-Uni, ayant finalement quitté l’Union européenne, nous pouvons pleinement ouvrir les portes du commerce avec les principaux marchés émergents tels que l’Afrique. Notre relation avec l’Afrique remonte à loin. Cela inclut la communauté et les valeurs partagées que nous possédons de liberté, d’état de droit, de démocratie et bien sûr de la langue anglaise. Ce soft power peut faire une énorme différence dans nos relations commerciales avec l’Afrique.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top