Sport

La course fulgurante de Ferdinand Omanyala offre au Kenya deux places aux Jeux olympiques

La course fulgurante de Ferdinand Omanyala offre au Kenya deux places aux Jeux olympiques

Un provocant Ferdinand Omanyala a envoyé des ondes de choc avec une performance record nationale dans une bataille épuisante qui a poussé son rival le plus féroce Mark Otieno à sa première apparition olympique lors des essais olympiques d’athlétisme au Kenya jeudi.
La course presque photo-finish signifie qu’Omanyala et Otieno, les hommes les plus rapides du Kenya, s’aligneront tous les deux sur la ligne de départ lors du coup d’envoi des Jeux olympiques d’été de 2020 à Tokyo, au Japon, le 23 juillet.
Cet exploit historique a fait naître l’espoir que les efforts déployés pour développer des courses courtes pourraient bientôt porter leurs fruits alors que le Kenya se fraye lentement un chemin jusqu’à la table des géants du sprint comme la Jamaïque, la Grande-Bretagne et les États-Unis.
La performance a été affichée au stade historique de Kasarani, hôte des Jeux africains de 1987, un site construit neuf ans avant la naissance d’Omanyala, aujourd’hui âgée de 26 ans.374505
Un Omanyala fortement construit a traversé l’air froid à Kasarani après un départ lent, avec Otieno à quelques centimètres seulement alors que le duo a échangé les avances pendant 10,02 secondes, ce qui était le temps officiel enregistré pour le leader Omanyala avec Otieno à seulement trois microsecondes derrière (10,05). )
En effet, c’était un véritable divertissement pour les fans qui ont attendu l’action pendant près de cinq minutes après trois départs fautifs avant que l’arme défectueuse n’accepte finalement de faire son travail.
C’était également historique dans la mesure où pour la première fois le Kenya, les géants vénérés de la longue distance, mais les nains du sprint, alignera deux athlètes sur la distance olympique de 100 m.
La dernière fois que le Kenya avait aligné un participant sur la distance, c’était en 1992 à Barcelone, en Espagne. Kennedy Ondieki a été le premier Kenyan à participer aux 100 m et 200 m aux Jeux olympiques de Séoul 1988 où il a atteint les quarts de finale (deuxième tour) au 100 m et 200 mètres. Il a également réalisé le même exploit sur 200 m lors des courses suivantes des Jeux à Barcelone.
Mais depuis lors, le Kenyan a lutté dans les sprints, n’arrivant qu’à sa première apparition olympique aujourd’hui.
Mais alors que le pays célèbre toujours cet exploit rare, toute l’attention se portera désormais sur Bunyala Road, qui abrite le siège d’Athletic Kenya (AK).
Les responsables de l’AK devront faire beaucoup d’introspection. Des décisions difficiles devront être prises si le Kenya veut augmenter ses chances de remporter une première médaille au 100 m.
La fédération a finalement cédé à la pression des médias lorsqu’elle a annulé sa décision selon laquelle les essais ne seraient ouverts qu’aux athlètes sans antécédents de dopage lorsqu’elle a invité Omanyala à participer aux essais.
Omanyala a été frappé d’une suspension de 18 mois pour une infraction de dopage en 2017.
Mais AK a insisté sur le fait que tout athlète qui a déjà été testé positif pour une substance interdite ne représentera le Kenya dans aucun événement international.
Cette déclaration, qui n’est soutenue par aucune législation, laisse désormais AK dans une situation délicate, surtout après qu’Omanyala ait atteint le temps de qualification olympique.
Même avant les procès, Omanyala et AK avaient été mêlés à une bataille juridique et parfois à une guerre des mots sur ce problème de dopage, le coureur faisant valoir qu’il avait parfaitement le droit de représenter son pays après avoir purgé sa suspension.
Mais Riadha House a été provocante. Ils avaient même refusé de reconnaître les 10,01 secondes qu’il avait remportées lors du Grand Prix Making of Champion (MOC) à Lagos, au Nigeria.
Cette fois, le record national du Kenya a été marqué RED par AK, ce qui signifie qu’Omanyala faisait partie des nombreux athlètes luttant pour les temps de qualification olympique à haute altitude à Nairobi, un défi qu’Omanyala a accepté et surmonté avec plaisir.
La responsabilité incombe maintenant à AK alors que le pays attend la prochaine étape – qu’Omanyala fasse équipe avec Otieno pour faire progresser le record d’Ondieko ou que l’organisme national d’athlétisme s’en tienne à ses armes.

  Algérie : un autre drame de l’mmigration clandestine
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top